Décharge de Dollemard


Présentation

AU HAVRE LA DECHARGE COTIERE DE DOLLEMARD TEMOIGNE DE PRATIQUES QU’ON VOUDRAIT CROIRE A JAMAIS REVOLUES

Difficile de savoir à quand remonte la mauvaise habitude de considérer la mer comme une poubelle en balançant des déchets de toutes sortes du haut des falaises, un peu partout, tout au long du littoral... suite


Communiqué du collectif d'associations


Communique_Dollemard_.pdf


PETITION: Dites STOP à la DÉCHARGE CÔTIÈRE du HAVRE

Nous, habitants, citoyens, associations, élus des communes du littoral, souhaitons voir disparaître la plus grande décharge côtière de France qui fut partiellement autorisée en préfecture.

  • 3 millions de mètres cubes aux pieds des falaises,
  • 400.000 tonnes de gravats, d'ordures ménagères et industrielles,
  • 3 kilomètres de plages souillées et rendues infréquentables... (Déchets de chantier, de démolition, PRODUITS CHIMIQUES, rebus de cimetières, plastiques multicolores, polystyrène expansé et ferrailles éventrent la falaise et ressortent du sable)
Nous ne voulons plus voir cette avalanche de déchets diffuser en Mer.
Notre Mer nous nourrit, ses eaux et ses rivages doivent être protégés, c'est une obligation communautaire.

Ensemble, demandons Monsieur le Premier Ministre et ancien maire du Havre Edouard PHILIPPE, à Madame la Préfète de la région Normandie Fabienne BUCCIO et à Monsieur le Maire du Havre Luc LEMONNIER de prendre leur responsabilité face à ce sinistre héritage.

EXPRIMEZ votre écœurement.

SIGNEZ LA PÉTITION ici: => pétition


Reportage Lesjours , 22 juin 2017
Enquête à la décharge
Au pied des falaises du plateau de Dollemard, au Havre, se déverse un demi-siècle de déchets : pneus, radiateurs, pierres tombales…
article
Reportage France Inter , 13 juin 2018
DOSSIER Allons en France
A Dollemard, une ancienne décharge qui recrache ses déchets à la mer
La Côte d’Albâtre, 130 kilomètres de falaises qui tombent à pic dans la Manche et, au pied de ces falaises, au moins une trentaine de décharges sauvages à ciel ouvert. Reportage à Dollemard, un quartier périphérique du Havre.
à lire et à écouter
Reportage France Info, 5 juin 2018
Journée mondiale de l'environnement : au Havre, le casse-tête écologique d'une ancienne décharge en bord de mer
La Journée mondiale de l’environnement met en avant, mardi, les dégâts de la pollution liée au plastique. Coup de projecteur au Havre où une falaise qui a servi de décharge "recrache" une partie de ses déchets dans la Manche.
reportage

Reportage LCI, 3 juin 2018
Enquête : les anciennes décharges refont surface
Au Havre, une ancienne décharge, fermée depuis bientôt 20 ans, déverse encore des déchets dans la mer.
reportage

Reportage france bleu mercredi 4 avril 2018
Au pied de la falaise de Dollemard au Havre, des galets et des ordures cohabitent depuis près de 70 ans. Au total : 400.000 tonnes de déchets accumulés et encastrés depuis l'ouverture de la décharge dans les années 50, jusqu'à sa fermeture au début des années 2000. Un collectif de cinq associations (Ecologie pour Le Havre, France Nature Environnement, Sea Mer Asso, SOS mal de Seine et Surfrider), réclame des solutions.
reportage site France Bleu   |   version sonore
Eleanor s'en mêle, janvier 2018
Le passage de la tempête Eleanor a charrié une quantité impressionnante de déchets sur les plages du Havre et de ses environs. Elle pourrait permettre de rouvrir le dossier du site de Dollemard.

cf. article Paris Normandie du 11 janvier 2018
cf. Reportage FR3 Baie de Seine, 17 janvier 2018


photos prises le 26 octobre 2017 voir photos

photos prises en juillet 2018 voir photos


Diagnostic environnemental 2011-2012
Code de l'environnement, article L556-3

Lorsque, en raison de la disparition ou de l'insolvabilité de l'exploitant du site pollué ou du responsable de la pollution, la mise en œuvre des dispositions du premier alinéa de l'article 556-3 n'a pas permis d'obtenir la réhabilitation du site pollué, l'Etat peut, avec le concours financier éventuel des collectivités territoriales, confier cette réhabilitation à l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie.

www.legifrance.gouv.fr


Historique de la décharge
1945 Création de la décharge avec la reconstruction de la Ville du Havre. Trois millions de mètres cubes de déchets seront balancés du haut de la falaise pendant plus de cinquante ans.
1957 Accident mortel : un camion tombe avec son chauffeur alors qu'il reculait pour déverser ses déchets au bord de la falaise.
cf. article de Paris Normandie: DOLLEMARD_PN_1957.pdf
1962 Naissance officielle de la décharge du "Clos des ronces" à Dollemard - Le Havre. Quatre entreprises d'exploitation sont crées : Pelicant, Palfray, Papauré et Still.
1982 Important glissement de terrain emportant plusieurs cônes de décharge vers la mer. Un rapport de 1984 décrit la présence de déchets plastique en grandes quantités.
1989 Suite à de trop nombreuses dérives dans la qualité des déchets déversés, la Ville du Havre 1989 encadre par arrêté municipal la création d’un Groupement d’Intérêt Economique : le « GIE du plateau » dont le but est d’exploiter « La fosse de Dollemard ».
1993 L'association Aquacaux crée une action d’insertion socio-professionnelle qui s’enrichit, au fil des années, d’actions environnementales sur les plages et les falaises de la Pointe de Caux.
1994 La Ville du Havre prend des arrêtés successifs à l’attention du GIE et des gestionnaires de chaque site ayant pour objet l’interdiction d’exploiter les décharges de Dollemard.
1998 Eboulements de la décharge de Dollemard, sur une largueur de 50 mètres et une longueur de 250 mètres pour un volume estimé à 50000 m3.
2000 Fermeture de la décharge par le préfet de région et le maire du Havre.
2001 La Ville du Havre intente une action en justice à l’encontre des propriétaires des terrains. Le procès se solde par un non-lieu du fait de contradictions dans le code de l’environnement.
2008 Publication d’un rapport présentant l’état des lieux des falaises de Dollemard entre les plages de St Adresse et Octeville sur mer.
2011 Une étude commandée par la mairie recense les risques environnementaux et sanitaires que présente le site et de détermine des solutions pour gérer ces anciennes décharges.
2018 Suite à la médiatisation de la décharge, la Mairie du Havre prend les choses en main, reçoit les 2018 associations et amorce les démarches pour rédiger un appel d'offre et identifier les sources de financement possible.
2050 Si rien n'est fait, les déchets se trouvant dans les éboulements existants seront partis en mer.

Remarques :
1945 : date arbitraire. La décharge est-elle vraiment née à cette date ?
1998 : aucune info détaillée. S'il y a eu une étude elle pourrait nous permettre de mieux comprendre pourquoi la décharge est dans cet état (comme dans le rapport de 1984 sur l'éboulement de 1982)


Les falaises de Dollemard : un site naturel remarquable et une décharge à ciel ouvert
document Surfrider

Pendant près de 50 ans, des tonnes de déchets ont été déversées du haut des falaises du plateau de Dollemard, au Nord de la ville du Havre (lieu-dit « le Clos des Ronces »). Cette ancienne décharge, fermée en 2000, continue de faire parler d’elle. Après un effondrement en 1998, d’énormes quantités de déchets se sont retrouvées sur les plages. A chaque marée, l’érosion grignote les strates de déchets et emporte plastiques, polystyrènes et autres macro-déchets (ferrailles, déchets du BTP, etc.).

Ce site fait partie intégrante de la zone Natura 2000 « littoral cauchois » et les falaises de Dollemard sont répertoriées dans le Plan Local d’Urbanisme (PLU) de la Ville du Havre comme « sites naturels remarquables ». Il est donc indispensable d’agir pour réhabiliter ce lieu et gommer les signes de son utilisation passée.

Nous ne sommes pas les premiers à sonner l’alarme. D’autres acteurs sont sur ce dossier depuis de nombreuses années. Cependant, devant la complexité du problème, il est essentiel de se concerter pour avancer et trouver des solutions. Surfrider Foundation Europe souhaite ainsi participer aux réflexions en partenariat avec les élus, les structures administratives et les associations locales. La solution à ce problème se devra d’être innovante, afin de dépolluer la falaise sans la fragiliser. Les techniques de confinement ne pouvant être jugées durable dans le contexte actuel d’érosion du littoral.

Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, le site reçoit des remblais, des déchets provenant des entreprises locales du bâtiment et des casses automobiles, de la SNCF, de EDF, des cimetières, etc. ;

  • 1998 : Eboulement de la décharge de Dollemard ;
  • 2000 : Fermeture de la décharge par le préfet de région et le maire du Havre ;
  • 2001 : La Ville du Havre intente une action en justice à l’encontre des propriétaires des terrains. Le procès se solde par un non-lieu du fait de contradictions dans le code de l’environnement ;
  • 2008 : Publication d’un rapport présentant l’état des lieux des falaises de Dollemard entre les plages de St Adresse et d’Octeville/mer ;
  • 2010 : Une étude diagnostique et prospective a été commandée par la mairie. L’objectif étant de recenser les risques environnementaux et sanitaires que pourrait présenter le site et de déterminer des solutions pour gérer ces anciennes décharges.

" Les déchets qui se trouvent encore aujourd'hui dans les falaises et sur la plage au pied du plateau de Dollemard résultent d'une cinquantaine d'années d'absence de conscience environnementale et de vide juridique.
Ce sont les propriétaires privés des terrains du haut de falaise qui les ont exploités en tant que décharges permettant à des entreprises du BTP d'y déverser les gravats issus de différents chantiers (dont certains sur les cimetières, d'où la présence de pierres tombales).
Probablement qu'au début de l'exploitation des déchets autres que BTP y ont été également déversés : c'est ceux-là que l'on voit apparaître en pied de falaise, sous forme de couches "géologiques" dans lesquelles s'insèrent des plastiques.
En 2001, la Ville du Havre a réagi face à ce désastre en intentant une action en justice contre les propriétaires qui, si mes souvenirs sont bons, s'est terminée par un non-lieu du fait des contradictions du Code de l'Environnement.
A la suite de cela, au moins, l'exploitation s'est arrêtée et cela fait maintenant plus de 10 ans que plus aucun déversement n'a lieu sur ce site (si ce n'est, peut-être, encore de temps en temps quelques "incivilités" mais qui n'ont plus rien à voir avec le passé).
Certes, ce site, avec ses 3 millions de mètres cubes de déchets (dont une partie a, au fil des années été reprise par la mer et a transité vers la plage de Sainte-Adresse) est une verrue sur ce littoral mais je souhaitais amener ce commentaire complémentaire pour dire que des actions ont été entreprises pour stopper le désastre et ce déjà depuis plusieurs années.
Il ne sera pas possible de retirer tous ces gravats de la falaise car, d'une part, cela demanderait des moyens considérables tant financiers que techniques et d'autre part, on risquerait de déstabiliser la falaise à cet endroit et de faire plus de mal que de bien en intervenant avec des moyens lourds.
"

Patricia Lerouge, directrice de l'association Aquacaux cf. archive


Documents photos
 
cliquer sur la photo pour agrandir

Documents presse

Carte Conservatoire du littoral


cliquer sur la photo pour agrandir


© 2013 MC